GOUVERNEMENT MONDIAL

Page générée par le logiciel Nériane Gestion Documentaire conçu par GMD INGENIERIE

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9

Mise en garde

Dans le "meilleur des mondes", Aldous Huxley écrit :
"Les anciens dictateurs sont tombés parce qu'ils ne sont jamais parvenus à donner à leurs sujets assez de pain, assez de cirques, assez de miracles ni assez de mystères. Et ils ne possédaient pas non plus un système réellement efficace de manipulation du mental.
Sous un dictateur scientifique, l'enseignement fonctionnerait vraiment -avec pour résultat que la plupart des hommes et des femmes en viendraient à aimer leur servitude et ne rêveraient jamais de révolution. Il semble qu'il n'y ait aucune raison valable pour qu'une dictature scientifique soit jamais renversée."

{Livre, Ces mondes qui nous gouvernent, Laura Knight-Jadczyk, Ed. Pilule rouge}

John Swaiton, éditeur du New York Times, dit à ses collaborateurs lors de son discours d'adieu :
"La presse libre n'existe pas. Vous, chers amis, le savez bien, moi je le sais aussi. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes des outils et les laquais des puissances financières derrière nous. Nous sommes les pantins qui servent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous ne sommes rien d'autres que des intellectuels prostitués."

{Livre, Livre Jaune N° 7 (Le), Collectif d'auteurs, Ed. Félix, David Icke, The Robots Ribellion, The Story of the Spiritual Renaissance, Bath 1994, 205}

John Swinton, l'ancien chef du personnel du New York Times (que ses pairs appelaient "le doyen de la profession") fut prié un jour de porter un toast devant le New York Press Club. Cela se passait en 1953, et il dit :
"Une presse indépendante n'existe pas en Amérique - sauf peut-être dans de petites villes au fin fond de la campagne. Vous savez cela et je le sais aussi. Aucun de nous n'ose exprimer sa propre opinion, honnêtement. Oseriez-vous le faire, vous savez mieux que quiconque qu'elle ne serait jamais imprimée.
"On me paie 150 dollars par semaine pour taire ma propre opinion et ne pas la publier dans les journaux pour lesquels j'écris. Vous aussi vous avez un salaire équivalent, et pour des services équivalents. Si je faisais en sorte qu'un seul numéro de mon journal exprime une opinion honnête, en moins de 24 heures je perdrais ma place. Comme Othello, l'homme qui serait assez fou pour écrire ce qu'il pense réellement se retrouverait aussitôt dans la rue, à chercher du travail.
"La fonction d'un journaliste de New York est de mentir, déformer, insulter, lécher les bottes du dieu argent et vendre son pays et sa race pour son pain quotidien - ou, ce qui es du pareil au même, son salaire.
"Nous sommes les outils et les vassaux des riches derrière les décors. Nous sommes des marrionnettes. Ces hommes tirent les ficelles, et nous dansons. Notre temps, nos talents, notre vie, nos aptitudes sont tous la propriété de ces hommes. Nous sommes des prostitués intellectuels."
(cité par St John Gaffney dans "Breaking the silence", p. 4)

{Magazine, Nexus, No 1, 04/1999, Les Banques Centrales et le Contrôle Privé de l'Argent, www.themoneymasters.com, 1998}

Victor Marchetti, ancien cadre supérieur de la CIA, The CIA and the Cult of Intelligence :
"Dans notre monde, il existe de nos jours une secte puissante et dangereuse.
...
Cette secte est parrainée et protégée par les plus hauts officiels gouvernementaux du monde. Ses membres sont ceux qui occupent les centres de pouvoir des gouvernements, des industries, du commerce, de la finance, et du travail. Elle manipule les individus dans des domaines d'importante influence du public, y compris le monde universitaire et des médias. La secte secrète est une fraternité globale d'aristocratie politique dont l'objectif est d'appliquer des politiques de personnes ou agences inconnues. Elle agit en sous-marin et illégalement."

{Livre, Histoire secrète du Monde (l'), un fil d'Ariane, Laura Knight-Jadczyk, Ed. Pilule rouge}

"L'Etat transfère vers des autorités administratives indépendantes des pans entiers de sa souveraineté : monnaie, budget, politique industrielle, médias, énergie, mais aussi droits des citoyens... Dans ces secteurs, les décideurs sont des experts inconnus nommés dans l'ombre à des postes stratégiques. Les ministres sont de passage, les gouvernements sont éphémères. La caste des décideurs, elle, reste, et saute d'un pouvoir à l'autre. Les gouvernements nationaux se retrouvent privés de toute marge de manoeuvre économique. Qui a tous les pouvoirs ? Les banquiers centraux !"
{Livre, Secret des Etoiles Sombres (Le), Anton Parks, Ed. Nenki, Source: Magazine Marianne N°331, août 2003}

"Après 25 ans de vie professionnelle, et je ne sais combien de centaines d'interventions devant les tribunaux de Grenoble et de toute la France, j'ai acquis une certitude : dans tout conflit idéologique, ou philosophique, les tribunaux se déterminent d'abord et essentiellement en fonction de leurs propres convictions, même s'ils s'en défendent, et cherchent après coup des arguments juridiques, alors que la logique voudrait qu'ils fassent l'inverse. Dans ce type de problèmes, les juges savent dés le départ qui aura raison ou tort, et le procès leur servira à chercher l'argumentation juridique qui justifiera leur opinion."
{Livre, Radis de la colère (Les), Jean Pierre Joseph, avocat au Barreau de Grenoble}

"Les salauds vivent du travail, de la maladie et de la misère des imbéciles et se servent d'eux pour neutraliser ceux qui s'en rendent compte."
{Citation, Serge Gainsbourg}

"Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort... la science devient criminelle."
{Citation, , 1946, Albert Einstein}

"Les crises économiques ne sont pas des fléaux de Dieu; elles sont, comme les guerres, l'oeuvre d'un petit nombre d'individus qui en profitent."
{Citation, Henry Ford}

"Notre monde est menacé par une crise dont l'ampleur semble échapper à ceux qui ont le pouvoir de prendre de grandes décisions pour le bien ou pour le mal.
La puissance déchaînée de l'homme a tout changé, sauf nos modes de pensées, et nous glissons vers une catastrophe sans précédent. Une nouvelle façon de penser est essentielle si l'humanité veut vivre. Détourner cette menace est le problème le plus urgent de notre temps."

{Citation, Albert Einstein}

Jacques Bergier a raconté un jour qu’il existe une série de questions dont il est absolument interdit à la presse de parler et dont la liste se trouve stipulée avec précision sur un petit carnet noir qui –quel que soit le régime politique du pays, car l’interdit est universel, mondial- se trouve remis à tout directeur d’un important organe de presse d’information, qu’il soit tributaire du grand capitalisme ou communiste.
...
Le romancier André Hardellet, dans son livre "Le seuil du jardin", écrit : "Derrière les gouvernements qui se succèdent, vous avez dû sentir la permanence de certaines forces, de certains principes, cette stabilité ne s'explique que par des puissances occultes qui, en fait, dirigent le pays."
...
Honoré de Balzac (dans Illusions perdues) a écrit : "Il y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, ... puis l'histoire secrète où sont les véritables causes des évènements, l'histoire honteuse."
...
Le Cardinal de Richelieu déclara un jour que bien des gens seraient très étonnés s'ils savaient qui était le véritable souverain de France.

{Livre, Gouvernants invisibles et sociétés secrètes, Serge Hutin, Ed. J'Ai Lu}

"Le monde est dangereux à vivre non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."
{Citation, Albert Einstein}

Théodore Roosevelt disait en 1912 dans son programme électoral :
"Derrière le gouvernement visible siège un gouvernement invisible qui ne doit pas fidélité au peuple et ne se reconnaît aucune responsabilité. Anéantir ce gouvernement invisible, détruire le lien impie qui relie les affaires corrompues avec la politique, elle-même corrompue, tel est le devoir de l'homme d'Etat." (Dieter Rüggeberg : "Gehimpolitik", p 75)
Le 11/09/1990, George Bush annonça son nouvel ordre mondial.
Les Sionistes se proposent de faire de Jérusalem la métropole administrative d'un gouvernement mondial. La guerre éclatera au Proche Orient et se terminera par l'instauration d'une dictature mondiale.

{Livre, Livre Jaune N° 5 (Le), Collectif d'auteurs, Ed. Félix}

"Tous les êtres humains trébuchent un jour sur la vérité. La plupart se relèvent rapidement, secouent leurs vêtements et retournent à leurs préoccupations, comme si de rien n'était."
{Citation, Winston Churchill}

"Rien de ce qui touche à la politique ne relève du hasard ! Soyons sûrs que ce qui se passe en politique a été bel et bien programmé !"
{Citation, F.D. Roosevelt}

"On peut tromper tout le monde pendant un certain temps et certains pour toujours, mais on ne peut pas tromper tout le monde éternellement."
{Citation, Abraham Lincoln}

"Nous vivons dans un pays superbe. Il nous suffit juste de nous débarrasser des gangsters qui détiennent le pouvoir et l'affaire est réglée."
{Citation, Ian Smith, Fondateur de la Banque des pauvres du Bengladesh}

"Je suis désespéré lorsque je songe que les grands crimes du XXème siècle ont été commis par des lettrés qui ont été en contact avec la haute culture."
{Citation, Ismaïl Kadaré}

"Mon gouvernement est le premier pourvoyeur de violence au monde."
{Citation, Luther King (Dr Martin), propos tenu pendant la guerre du Vietnam}

"Vous, les pays riches, vous avez un système de protection sociale qui a fini par enfermer les gens dans une sorte de zoo humain...
Mon message est simple : si vous enfermez des oiseaux dans une cage, vous prenez un risque. Le jour où vous décidez d'ouvrir les portes, il n'est pas certain qu'ils s'envolent."

{Citation, Muhammad Yunus, Fondateur de la Banque des pauvres}

"Les individus sont sortis de l'état sauvage, les nations y sont restées."
{Citation, Alexandre Vinet}

"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement."
{Citation, Saint Just}

"Peuple, ton pire ennemi, ce sont tes dirigeants"
{Citation, Saint Just, Révolutionnaire franc-maçon, sur l'échafaud}

"Le peuple est le reflet de son gouvernement. Si le gouvernement est honnête, le peuple est honnête."
{Citation, Bouddha}

Dans une intervention à la chambre des Lords en 1770, Sir William Pitt déclara : "Il y a derrière le trône, quelque chose de plus puissant que le roi lui-même."
{Magazine, Nexus, No 61, 03-04/2009, Physique, Jean Pierre Garnier Malet}

En 1844, Benjamin Disraeli écrivit :
"Le monde est gouverné par des personnages bien différents de ceux qu'imaginent ceux qui ne sont pas dans le coulisses."
...
Le 21/11/1933 le président américain Franklin D. Roosevelt écrivit à un confident :
"La vérité en ce domaine est, comme vous et moi le savons, que dans les grands centres un élément financier possède le gouvernement, et ce depuis le temps d'Andrew Jackson."

{Magazine, Nexus, No 61, 03-04/2009, Physique, Jean Pierre Garnier Malet}

Benjamin Disraeli, homme d'Etat anglais du siècle dernier, a écrit : "Le monde est gouverné par de tout autres personnages que ne l'imaginent ceux dont l'oeil ne plonge pas dans la coulisse."
{Livre, Gouvernants invisibles et sociétés secrètes, Serge Hutin, Ed. J'Ai Lu}

Napoléon a dit : "La main qui donne est au dessus de la main qui prend. L'argent n'a pas de patrie, les financiers n'ont ni patriotisme ni décence, et le gain est leur seul objectif."
{Magazine, Nexus, No 2, 05-06/1999}

Edgar Cayce a dit en 1940 :
"Vous, peuple américain, qui avez officiellement adopté le christianisme -au point de graver sur votre monnaie "IN GOD WE TRUST", vous ne devriez pas mettre votre confiance dans la puissance humaine, ni dans la politique de l'économie car, dans ces deux domaines, il va y avoir du changement."

{Livre, Prophéties d'Edgar Cayce (Les), Dorothée Koechlin de Bizemont, Ed. Guy Trédaniel Editeur}

Edgar Cayce nous demande de faire attention si on fait confiance "... à des personnalités publiques ou officielles : celles ci ont échoué et sont responsables des conflits qui mettent le monde à feu et à sang actuellement."
{Livre, Prophéties d'Edgar Cayce (Les), Dorothée Koechlin de Bizemont, Ed. Guy Trédaniel Editeur}

Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité.
{Citation, Gandhi}

Ce qui est important pour l'homme n'est pas la vérité mais l'idée qu'il s'en fait. Il adulera une encyclopédie même si elle dit des contre vérités (surtout historiques) alors qu'il reniera un texte disant des vérités historiques uniquement parce que l'encyclopédie correspond à l'idée qu'il se fait du monde...

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9