La Genèse de l’humanité jusqu’à sa « chute »

Objectif de ce document :

- Commentaire du premier chapitre de la Genèse en le comparant aux écrits des stances de Dzyan (tirées des écrits d’H.P. Blavatsky dans la Doctrine Secrète) et des tablettes sumériennes (tirées des ouvrages d’Anton Parks).
- Explication de l’arrivée de l’humanité jusqu’au moment de sa « chute ».
- Commentaire sur le rôle joué par les Reptiliens dans notre histoire

Texte téléchargeable gratuitement sur :
- http ://www.infomysteres.com/fichiers/Genese_de_l_humanite.pdf
- http ://www.infomysteres.com/fichiers/Genese_de_l_humanite.epub

I. Introduction

La Genèse est un livre inclus dans la Bible et racontant l’origine (la genèse) de l’humanité. En étudiant les écrits d’Anton Parks (auteur français que j’apprécie beaucoup, car ses écrits apportent un angle de vision très intéressant sur nos origines), j’ai lu ce commentaire :

Selon l’interprétation judéo-chrétienne, la Genèse aurait été écrite par Moïse ; pour les historiens, elle prendrait uniquement sa source dans le savoir des patriarches hébreux. Il sera démontré qu’il n’en est rien et que cette connaissance tire ses racines de l’ancienne Babylone (…).
(Eden, p.41-42, Anton Parks, Edition Nouvelle Terre)

De nombreux auteurs ont montré que la plupart des écrits se trouvant dans la Bible se trouve dans d’autres textes plus anciens. Par exemple, H.P. Blavatsky voit un point commun entre ce qui est dit dans la Genèse et dans les textes hindous:

(…) faisant ainsi de l’homme la septième création et prouvant que l’origine de ce fragment de cosmogonie se trouve dans les créations hindoues.
(Doctrine Secrète, Intégrale, p.2352, H.P. Blavatsky)

La phrase « Cela est bon » est indiquée à de nombreuses reprises dans les textes de la Genèse. Il est « curieux » de voir que cette phrase se trouve également dans une stance de Dzyan (qui est un texte d’origine hindoue) :

V-4. Fohat trace des lignes spirales pour unir le Sixième au Septième – la Couronne. Une armée de Fils de Lumière se tient à chaque angle ; les Lipika dans la Roue du Centre. Ils disent : « Cela est bon. » Le premier Monde Divin est prêt : le Premier, le Second. Alors l’ « Arûpa Divin » se réfléchit dans le Chhâyâ Lôka, le Premier Vêtement d’Anupâdaka.
(Stance de Dzyan, citée dans La Doctrine Secrète, Intégrale, p.112, H.P. Blavatsky)

Y a-t-il eu plagiat ? Cette idée est très répandue.
Il est possible que ce soit le cas, mais ne pourrait-il pas y avoir une autre explication ?
Dans le livre L’origine secrète de la vie j’explique la possibilité que notre monde a une nature holographique. Cela implique comme le dit la célèbre phrase attribuée à Hermès Trismégiste que « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». Et par voie de conséquence, cela se traduit par le fait que l’histoire se répète.
Les Traditions parlent de cycles s’alternant sans cesse. Il est donc possible (voire même probable !) que des évènements ayant eu lieu dans des temps très anciens se répètent dans des temps plus récents.
Dans ce cas, il n’y aurait pas plagiat. Les textes de différentes traditions pourraient parler de choses similaires, car des évènements similaires se seraient produits à différentes époques.
Il est évident que si l’humanité fait les mêmes actes, elle en subira toujours les mêmes conséquences. Il devient donc intéressant de comprendre notre passé pour éviter de commettre les mêmes erreurs à l’avenir (et dans le présent !).

Dans ce document, je vais tenter de donner une explication possible du texte de la Genèse en le mettant face à face avec les stances de Dzyan et les tablettes sumériennes citées par Anton Parks.

Le chapitre 1 de la Genèse décrit la « naissance de l’humanité » jusqu’à sa « chute » (terme allégorique utilisé dans la Bible). L’objectif du présent document est d’expliquer tout cela de manière détaillée et circonstanciée.

Avant de commencer, je voudrais préciser que lorsque la Genèse parle de « jour » de création, il ne faut pas comprendre « jour calendaire ». Le mot « période » aurait été plus adéquat. C’est la raison pour laquelle je mettrai le mot « jour » entre guillemets lorsque j’y ferai référence dans les chapitres suivants.

Je précise également que le mot « Dieu » donné dans la Genèse est une « mauvaise traduction ». Voici ce qu’en dit H.P. Blavatsky :

D’où viennent la Création en six jours, le septième jour comme jour de repos, les sept Élohim et la division de l’espace en ciel et terre, dans le premier chapitre de la Genèse ?
Dans le premier chapitre de la Genèse, le mot « Dieu » représente les Élohim – des Dieux au pluriel et non pas un Dieu. C’est une traduction rusée et malhonnête. En effet, la Cabale tout entière explique suffisamment que les Alhim (Élohim) sont au nombre de sept ; chacun d’eux crée une des sept choses énumérées dans le premier chapitre et ces choses représentent allégoriquement les sept créations. Pour établir cela clairement, comptez les versets dans lesquels il est dit : « Et Dieu vit que cela était bon » ; vous constaterez que la phrase est répétée sept fois – dans les versets 4, 10, 12, 18, 21, 25 et 31. Et, bien que les compilateurs représentent adroitement la création de l’homme comme s’étant produite le sixième jour, les sept Élohim, après avoir créé l’homme « mâle et femelle à l’image de Dieu », répètent la phrase sacramentelle – « Et cela était bon », pour la septième fois, faisant ainsi de l’homme la septième création et prouvant que l’origine de ce fragment de cosmogonie se trouve dans les créations hindoues. Les Élohim sont, bien entendu, les sept Khnoûmoû égyptiens, les « architectes auxiliaires » ; les sept Amshaspends des Zoroastriens ; les Sept Esprits soumis à Ildabaot des Nazaréens ; les sept Prajâpatis des Hindous, etc…
(La Doctrine Secrète, Intégrale, p.2352, H.P. Blavatsky)

Anton Parks semble confirmer certaines de ces idées lorsqu’il écrit :

Élohim est le terme hébreu utilisé dans l’antiquité pour désigner les premières divinités créatrices de la Terre et de l’être humain originel de la Genèse…
(Le Secret des Étoiles Sombres, p.456, Anton Parks, Ed. Nouvelle Terre)

Dans toute la moitié de BM 74329, apparait une famille de divinités qui, à l’instar des Élohim du chapitre 1 de la Genèse, ensemence la Terre non en sept jours, mais en sept générations.
(Eden, p.63, Anton Parks, Ed. Nouvelle Terre)

Suite du texte téléchargeable gratuitement sur :
- http ://www.infomysteres.com/fichiers/Genese_de_l_humanite.pdf
- http ://www.infomysteres.com/fichiers/Genese_de_l_humanite.epub

Comments are closed.