La désinformation

Tous les principaux médias sont financés par la publicité. Comment peut on alors demander à un média d’être critique envers celui qui le finance ? Et comment peut on croire qu’il l’est réellement ?
Le 14/02/2003, la cour d’appel de Floride jugera qu’aucune loi n’interdit à une chaîne de télé ou à un groupe de presse de mentir au public (les règles fixées par le FCC le proscrivent, mais celles-ci n’ont pas force de loi). En conséquence, la cour estime que les dispositions légales en vigueur en Floride, protégeant les employés qui dénoncent les pratiques illicites de leur employeur, ne peuvent s’appliquer en l’espèce.
{Livre, Black List, Borjesson Kristina}

Nombreux sont ceux qui doutent de théories alternatives pour différentes raisons :
- Ces dernières sont trop incroyables pour être vraies
- Si c’était vrai, ça se saurait
- etc…
Ces arguments sont ils valables ?
Il faut juste garder à l’esprit la la loi suivante :
Plus un mensonge est petit, et plus il est mis en doute. Plus un mensonge est gros, et moins il est mis en cause car il est difficile pour quelqu’un de penser que quelqu’un d’autre lui ment de façon grossière. Donc, pour mentir à quelqu’un sans se faire reconnaître, mieux vaut faire de gros mensonges, que de petits mensonges.
Il est bien connu et admis que quand quelqu’un est endetté, c’est l’établissement qui le finance qui décide en partie de ces moyens d’actions.
Tous les pays sont endettés (à des banques PRIVEES cela dit en passant) et pourtant très peu de gens admettent que ceux qui financent les états ont un mot à dire dans la manière dont le pays est gouverné. Les états seraient-ils les exceptions qui confirment la règle ?
Ou plutôt la plupart des gens aimeraient-ils bien que cela soit le cas ?
La démocratie (qui inclut la liberté d’action) peut elle exister dans un pays quand celui-ci est endetté ?
L’être humain est un animal étrange. On lui a tellement répété qu’il vivait en démocratie qu’il a fini par y croire !
« Pour désinformer, mieux vaut trop d’informations que pas assez. » (Livre, Black List, Borjesson Kristina)

Pour s’assurer un revenu régulier et constant, il est nécessaire de fidéliser les clients.
Quand le fond de commerce d’une société est les gens malades.
Est il rentable pour cette société de fabriquer des médicaments efficaces ?
La réponse est non ! Alors merci à ceux qui privilégient la santé par rapport au profit !
Il est bien connu que lorsqu’une société ou un groupe d’intérêt vit d’un commerce quelconque, il lui est impossible d’accepter qu’une autre société puisse lui casser son marché en vendant une autre technologie moins chère pour le client final. Car si c’était le cas, cette société ou ce groupe d’intérêt serait mis en péril.
Doit on alors s’étonner que certaines technologies -dites libres- ne voient jamais le jour ?
Quand un savant a mis des années à apprendre une théorie et qu’il s’est forgée une réputation grâce à la divulgation de cette théorie. Imaginons que ce savant prenne conscience un jour que cette théorie comporte des erreurs ou est même totalement à revoir. Existe-t-il beaucoup de savants qui accepteraient de renier leur théorie, en reniant par la même occasion leurs nombreuses années d’études et leur réputation ?
A la lecture de ces lois qui n’ont rien de révolutionnaires mais sont parfaitement logiques, admises, et évidentes, posons quelques questions :
- Imaginons qu’une énergie libre, gratuite, et non polluante ait été découverte par un savant (Nikola Tesla, par exemple) il y a de cela plus d’un siècle, est-il difficile de comprendre pourquoi cette énergie n’a jamais été développée ?
- Imaginons qu’un médicament (par exemple les RLB) contre des maladies graves (par exemple le cancer) soit efficace, est-il difficile de comprendre que cela ne soit pas du goût de tout le monde ?
- Imaginons qu’une ou plusieurs découvertes viennent mettre en cause certaines théories couramment acceptées est-il difficile de comprendre que ceux qui vivent de la divulgation des théories remises en cause n’ont aucun intérêt à ce que cela se sache ?
Le problème principal des pays est dû au fait qu’ils financent les gens qui cherchent au lieu de financer ceux qui trouvent.
N’est il pas connu également que pour manipuler quelqu’un, il suffit de le maintenir dans l’ignorance ?
Le commerce et la société en général ne sont ils pas basés sur le fait de rendre dépendant les gens des biens de consommation ?
Quelqu’un qui réfléchit par lui-même pourrait s’apercevoir qu’il est piégé par le système dans lequel il vit et refuser ce système en refusant simplement de rentrer dans le jeu.
Quelqu’un qui réfléchit par lui-même n’est pas manipulable ! Il n’est donc pas le bien venu dans des systèmes qui ont pour intérêt d’inciter les gens à être des consommateurs plutôt que des personnes réfléchies qui achètent ce dont elles ont besoin et non pas ce dont on voudrait leur faire croire qu’elles ont besoin.
Donc plus une personne réfléchit par elle-même, c’est à dire plus une personne est intelligente (et non pas intellectuelle car cela n’est pas du tout la même chose – c’est même dans certains cas contradictoire) et moins elle est manipulable. Moins une personne est manipulable, et moins elle s’intègre dans la société de consommation.
Alors, est il difficile de comprendre que les sociétés de consommation n’ont aucun intérêt à ce que les gens qui la
composent soient cultivés et instruits mais ont plutôt intérêts de les maintenir dans l’ignorance ?
Toute cette démonstration n’a pas pour but d’inciter les gens à croire à toutes les théories et thèses parallèles car il y a du ménage à faire également et un esprit critique à garder. Elle a simplement pour but de montrer que contrairement aux apparences certaines théories parallèles peuvent très bien être vérifiées alors que des théories admises peuvent très bien également être totalement fausses.

A chacun de découvrir sa vérité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>